La fierté comme viatique, mémoires (1967-1987)

د.ج1,500.00

Né le 26 août 1947, Saïd SADI est médecin psychiatre. Très jeune, il milite pour la langue et la culture berbères, les droits de l’homme et les libertés démocratiques ; ce qui lui vaut plusieurs emprisonnements. En février 1989, il fonde le Rassemblement pour la culture et la démocratie, parti social-démocrate laïc, dont il abandonne la présidence lors du quatrième congrès de mars 2012. Il a été député et candidat à l’élection présidentielle. Désormais sans attache partisane, Saïd SADI, auteur de plusieurs ouvrages parmi lesquels Algérie, l’échec recommencé ?, Algérie, l’Heure de vérité, Amirouche, une vie, deux morts, un testament, et La guerre comme berceau (tome I de ses mémoires) est l’une des figures intellectuelles et politiques les plus en vue de la scène algérienne.

Dans ce tome II, on découvre l’intimité des « fils du pauvre » qui ébranlent le parti unique en avril 80. Dans un pays aliéné par la violence endémique et les dogmes archaïques, des jeunes, armés de leur « fierté comme viatique », construisent jour après jour et pierre par pierre un projet de société alternatif adossé à une identité niée et ouvert sur le monde dont ils scrutent idées et mutations. Kabylie, Algérie, Afrique du Nord, Méditerranée occidentale, la géopolitique des poupées russes structure une doctrine inédite. À la prise de pouvoir qui anima les combats de ses aînés, une génération substitue le pacifisme et se dédie à l’émancipation de la cité. Forum citoyen, sa revue clandestine Tafsut défie les medias officiels.

Rigoureusement rapporté depuis sa genèse, le Printemps berbère d’avril 80, toujours occulté par l’histoire conventionnelle, reprend ici sa place parmi les grandes sources d’inspiration des luttes laïques et démocratiques du sous-continent nord-africain. Plus qu’un témoignage, ce livre est une invitation à greffer l’avenir sur la mémoire féconde.

Auteur

Date de parution

Dimensions

Editeur

ISBN

Nb. de pages

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “La fierté comme viatique, mémoires (1967-1987)”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *