La crise du discours religieux musulman. Le nécessaire passage de Platon à Kant

د.ج1,000.00

Lahouari Addi a été formé à l’université d’Oran où il a enseigné pendant vingt ans après avoir obtenu un doctorat en France. Au milieu des années 1990, il est nommé professeur de sociologie politique du monde arabe à Sciences Po Lyon. Il a été plusieurs fois invité par des universités américaines. Il est l’auteur d’une dizaine d’ouvrages et d’une cinquantaine d’articles parus dans des revues académiques. Il intervient souvent dans la presse algérienne où il offre des analyses sur les contradictions idéologiques et politiques de la construction de l’État.

Pour des raisons liées à l’histoire intellectuelle de l’islam, les oulémas sont devenus les détenteurs du savoir religieux supposé être supérieur au savoir profane. Celui-ci a été mis sous contrôle pour être conforme à la doctrine officielle. Le savoir non religieux devait être validé socialement par les oulémas, ce qui a fait disparaître la philosophie et toute pensée sociale autonome non conforme à l’interprétation des oulémas. C’est ainsi que Ibn Rushd, le plus célèbre disciple d’Aristote, et Ibn Khaldoun, le précurseur de la sociologie moderne, n’ont pas eu de postérité intellectuelle. Le résultat a été l’appauvrissement du discours religieux réduit à se répéter. Ce que les oulémas n’avaient pas compris, c’est que le texte sacré a besoin du savoir profane pour renouveler ses interprétations en fonction des évolutions historiques. L’humanité n’a pas cessé de produire le savoir après la révélation coranique, contrairement à ce que prétend le wahabisme. Le savoir en continuelle progression aide à mieux comprendre le besoin spirituel de l’homme. Le texte sacré ne s’explique pas par lui-même ; il s’explique par la philosophie et par la connaissance de l’homme et de la société. Les sciences humaines ne sont pas en concurrence avec la théologie ; au contraire, elles peuvent l’aider à s’ouvrir sur la société et à tenir compte des évolutions historiques.

 

Auteur

Date de parution

Dimensions

Editeur

ISBN

Nb. de pages

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “La crise du discours religieux musulman. Le nécessaire passage de Platon à Kant”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *